Téléphone
Conseil général du Morbihan API Restauration Ecole directe Esidoc

Les élèves de 3ème,  historiens en herbe, à la rencontre des résistants

Dans le cadre de leur participation au Concours National de la Résistance et de la Déportation, et de l’atelier histoire qui se déroule tous les mardi midis, un groupe d’élève de 3ème a participé le jeudi 12 décembre à Auray à une conférence sur le thème «  1940. Entrer en résistance.Comprendre, refuser, résister ».

Cette conférence leur a permis de mieux comprendre le contexte historique de la 2de guerre mondiale et la signification du mot « résistance ».Ce mot a pris tout son sens à travers les témoignages de Marguerite Caudan et Pierre Gabriel Jeanjacquot. Ces  personnalités, du haut de leur 100 ans et 98 ans, ont su, à travers un témoignage vivant, riche de nombreuses anecdotes et émouvant ,raconter leur parcours de résistant.

Marguerite Caudan est entrée en résistance suite à son engagement auprès des Jeunesses communsites. Elle est entrée en clandestinité, aux cotés de son mari, le jour où ils ont installé une imprimerie  dans son appartement parisien afin de diffuser des tracts contre la propagande nazie et vichyste. Elle  est devenue agent de liaison, a caché des résistants à son domicile. Elle sera arrêtée en juillet 1943 et enfermée à la prison de la Roquette à Paris.

Un autre parcours, celui de Pierre Gabriel Jeanjacquot,  entré au maquis en 1943 dans l’Ain afin d’éviter le STO vers l’Allemagne.  Devenu commandant en second du maquis de Grange, il organise avec ses hommes les sabotages de voies ferrées, de lignes téléphoniques et participe à la libération du territoire à partir de 1944. A la question pourquoi êtes-vous entré en résistance, Mr Jeanjacquot répond « C’était une évidence. Cela ne pouvait pas être autrement ».

Deux parcours extraordinaires qui forcent au respect. Un message à retenir de cette rencontre, celui adressé par Marguerite Caudan aux élèves « Vous êtes les citoyens de demain. Engagez vous contre toute forme d’injustice même si celle-ci ne vous touche pas personnellement.  N’oubliez jamais les victimes des temps les plus sombres de l’histoire des hommes. Soyez vigilants, rien n’est jamais définitivement acquis»

Mme Bonno